top of page

La FS interviewe AoG

Irene Merkert et Charlotte Lübow sont toutes les deux membres d’AoG Allemagne. Elles étaient en mission au Burundi en octobre 2023.

 

Charlotte et Irene, merci de nous accorder de votre temps pour cette interview. Pouvez-vous nous dire en quelques mots ce qu’est „AoG“ ?

Charlotte Lübow & Irene Merkert : AoG est le sigle de « Apotheker ohne Grenzen » (en français : Pharmaciens Sans Frontières). Nous sommes une ONG qui œuvre dans le domaine pharmaceutique. Notre objectif est de permettre aux personnes du monde entier de vivre en bonne santé. Pour cela, nous apportons une aide d'urgence, par exemple après des catastrophes comme des tremblements de terre. Nous intervenons notamment en Syrie, en Turquie ou encore en Ukraine. Mais AoG a également des projets à long terme dans le cadre de la coopération au développement. Comme par exemple en Argentine, au Ghana, en Haïti, au Liban, en Tanzanie, en Ouganda et au Burundi.

 

Que représente le Burundi pour AoG-Pharmaciens Sans Frontières Allemagne ?

C.L. & I.M. : Le projet au Burundi est très particulier pour nous, car nous y soutenons principalement la formation des Burundais pour la section pharmacie. Et nous contribuons ainsi à la formation d'un personnel hautement qualifié et à l'amélioration durable des structures de santé du pays.

 

Comment et quand a commencé la collaboration entre la Fondation Stamm et AoG-Pharmaciens Sans Frontières Allemagne ?

C.L. & I.M. : Le projet a débuté en novembre 2018, lorsque deux de nos coordinatrices de projet sont venues visiter l’école EPCM pour la première fois. Pour nous c’était une évidence qu’il fallait que AoG puisse s’impliquer de façon utile dans ce projet. Nous avons commencé par renouveler les réactifs de laboratoire et les produits chimiques nécessaires aux travaux pratiques de laboratoire de la formation d’assistant(e) technique en pharmacie. En 2021, nous avons ajouté un autre projet : la Pharmacie Yacu qui est une pharmacie d’apprentissage et de pharmacie.

Vous étiez toutes les deux au Burundi en octobre de cette année 2023. Comment s’est passé votre séjour ici et qu’avez-vous vu ?

C.L. : Personnellement, c’était la première fois que je me rendais sur le continent africain et par conséquent, c’était ma première fois au Burundi.

I.M. : Pour ma part, c’était ma deuxième fois au Burundi. Et comme lors de ma première visite, j’étais encore sans voix face à la beauté des paysages de ce pays.

C.L. & I.M. : Le séjour était très intéressant et rempli d'émotions. Nous étions ravies de pouvoir rencontrer nos partenaires de projet qui travaillent au siège de la Fondation Stamm ainsi que le personnel de l’école EPCM et celui de la Pharmacie Yacu. Nous avions également pu participer à des travaux pratiques en laboratoire et voir par nous-mêmes comment les élèves peuvent réaliser leurs expériences grâce à notre soutien. Nous sommes enthousiasmées par la qualité de la formation en section pharmacie au Burundi. Les pharmaciens de Pharmacie Yacu nous ont également enthousiasmées par leurs excellentes connaissances dans le domaine. La visite du camp Sobel et de l’espace réservé à l’équipe médicale a également été très émouvante pour nous. Pour le projet à Sobel, nous avons cofinancé les médicaments en 2023. Les conditions d'hygiène dans lesquelles les gens doivent vivre ici, à Sobel, sont malheureusement très mauvaises. Malgré tous les efforts déployés. L'équipe médicale de la Fondation Stamm fait tout son possible pour soulager un peu la souffrance des gens. Malgré cela, de nombreuses personnes sont touchées par la malaria, le choléra et d'autres maladies infectieuses. La plupart des enfants souffrent de malnutrition sévère. Et jusqu'à présent, il ne semble pas y avoir de solution pour loger les gens de manière permanente.

Nous avions également eu l'occasion de visiter d’autres projets de la Fondation Stamm, comme l’école maternelle et l'école primaire de Gatumba, l'école technique ETPM de Muramvya avec son internat et le centre d’accueil situé à proximité de l’école, ainsi que l'école technique ETO de Gitega.

Le personnel de la Fondation Stamm nous a beaucoup soutenues lors de notre mission et s’est très bien occupé de nous. En outre, nous avons eu l'occasion, lors d'une journée d'activités privées de faire un peu de tourisme et de visiter les chutes de Karera situées dans le sud du pays. Ainsi qu'une des sources du Nil, également située au Burundi et qui a été découverte par un Allemand. Le Burundi est vraiment un très beau pays de rêve. Les gens y sont très sympas et les paysages sont magnifiques. En plus de tous les projets passionnants que nous avons visités au sein de la Fondation Stamm, nous sommes heureuses d’avoir eu un autre aperçu du pays et de la vie des gens.

Quel impact, positif et négatif, ce séjour au Burundi a-t-il eu sur vous deux ?

C.L. & I.M. : La pauvreté des gens et surtout les conditions dans le camp Sobel nous ont fortement émues et cela nous rendait aussi triste. Mais cela n'a fait que souligner l'importance du travail réalisé par la Fondation Stamm sur place. Ce qui nous a surtout impressionnées, c'est que les gens au Burundi ont toujours été très aimables et intéressés. Tous les employés de la Fondation Stamm que nous avons rencontrés nous ont chaleureusement accueillis et nous ont donné un excellent aperçu de leur important travail. Quand nous faisions face à des problèmes, le personnel de la fondation nous aidait pour trouver des solutions. Nous remercions vivement toutes les personnes concernées de nous avoir permis de passer un séjour aussi passionnant.

 

En tant que membres d’AoG-Pharmaciens Sans Frontières Allemagne, comment voyez-vous l’avenir de cette collaboration entre AoG et Fondation Stamm ?

C.L. & I.M. : Nous avons déjà pu accomplir beaucoup de choses au cours des cinq dernières années de collaboration entre les deux ONGs. Le laboratoire de l'EPCM fait désormais partie des laboratoires d'enseignement les mieux équipés du pays et même les étudiants en pharmacie des universités utilisent désormais le laboratoire de l’école pour leurs cours pratiques. Nous espérons pouvoir poursuivre sur cette voie dans les années à venir afin de continuer à renforcer le système de santé burundais avec un personnel pharmaceutique bien formé.

 

Un mot pour conclure cette interview ?

C.L. & I.M. : Cher personnel de la Fondation Stamm, vous faites un travail remarquable et important. Continuez comme ça ! Nous vous remercions pour votre formidable collaboration et espérons que nous pourrons encore accomplir beaucoup ensemble.

Un merci tout particulier à Verena Stamm et Philipp Ziser (de BURUNDI KIDS).

 

Charlotte Lübow et Irene Merkert, MERCI. « MURAKOZE », comme on dit ici au Burundi.


Comments


bottom of page